LA MANCHE LIBRE

 

Sélection des livres de la semaine

 

Edition du 5/9/2020

 

HAPPY MENSUEL

Dès la présentation de l’ouvrage et au fil de la lecture, on pense inévitablement au livre de Jean-Christophe Rufin. Il y a juste un petit glissement géographique du Brésil vers l’Argentine et, de ce côté-ci de l’Atlantique, du Pays de Caux vers le Sud de la presqu’île du Cotentin.

Tous les ingrédients nécessaires à vous tenir en haleine sont servis : l’exotisme des lieux et des personnages avec la cruauté de ce qui a fait l’histoire des soumissions des peuples indigènes d’où est issue l’héroïne, Amaiké. L’implantation de la civilisation avec ses représentants qui s’organisent à reproduire l’Europe sous d’autres latitudes. Et puis bien sûr la confrontation des personnages et des institutions, valsant entre soumission et séduction.

Le lecteur est vite captivé, séduit, entraîné par cet amalgame bouillant de luttes et de passion.

La valeur historique est incontestable, car comme dans tout bon roman du genre, les fondements sont sûrs, travaillés, et on se laisse à croire qu’un enchaînement de tant de situations inattendues revêt la crédibilité la plus convaincante.

Les peuples du Sud de l’Amérique, d’avant et de pendant la conquête, sont moins connus et moins médiatisés que leurs cousins du Nord. Détenteurs de moins de richesses, ils n’ont pas connu le même « succès », avec les plus grands guillemets qui puissent être.

François Lequiller avec son « Amaiké », œuvre à révéler les indiens Mapuche. Puis dans les pas de Barbey d’Aurevilly, brosse les mœurs de cette catégorie de hobereaux, mi-terriens mi-marins, propre à la grande presqu’île normande.

Déjà la mondialisation va opérer des rapprochements de ces individus si différents. C’est, en mots simples, un ouvrage captivant, agréable à lire, plaisant à s’en sentir enchaîné pour ne pas le lâcher ! Les illustrations d’Elisabeth Lequiller confortent au passage l’attention portée au lecteur.

Publié en août 2020

LE REVEIL NORMAND

 

13/7/2020

 

Lecture, Amaïké, un roman qui transporte le lecteur de l’Argentine au cœur de la Normandie

Amaïké, un roman d'amour historique qui relie la douce contrée du Cotentin et la sauvage pampa argentine écrit par François Lequiller.

Amaïké, un roman qui emmène le lecteur de l'Argentine jusqu'au cœur de la Normandie
Amaïké, un roman qui emmène le lecteur de l’Argentine jusqu’au cœur de la Normandie (©F.L.)13

Amaïké est un roman d’amour historique qui fait le pont entre l’Argentine et la Normandie, entre des terres arides de l’autre bout du monde et la nature foisonnante du Cotentin.

Nous sommes en 1872. Deux mondes séparés par l’immense océan Atlantique vont se dessiner peu à peu.

D’un côté, le monde étonnant, animiste, brutal et tragique des Indiens « mapuches » de la pampa argentine, au pied de la Cordillère des Andes. De l’autre, le monde aux traditions séculaires des paysans et des hobereaux de la Manche qui se transforme sous l’influence de la IIIe République et de la révolution industrielle.

Un roman inspiré de faits réels

François Lequiller a découvert le récit d’un voyageur français, Émile Daireaux, originaire de Courcy (Manche) et dont le père a fondé une ville argentine qui porte son nom. La ville de Daireaux est jumelée avec Coutances, cela fait donc un écho moderne à cette histoire ancienne.

Il raconte une partie de la vie d’une Indienne, adoptée toute jeune par l’ambassadeur de France à Buenos Aires.

Pour donner naissance à Amaïké, l’auteur a trempé sa plume dans la vie de « Lokoma » pour s’inspirer de son parcours extraordinaire, mais en lui insufflant une touche de romanesque et en laissant libre cours à son imagination.

Dans « Amaïké », son septième roman publié aux Editions Eurocibles qui est un éditeur normand, François Lequiller fait frémir ses lecteurs(trices) avec le sort d’une très jeune héroïne indienne plongée dans les guerres d’une violence inouïe au sein de l’Argentine conquérante et sans pitié des années 1870.

Pratique : Amaïké de François Lequiller, un roman disponible dans toutes les librairies de Normandie. Editions Eurocibles, 25 €.

La presse de la Manche

 

16/7/2020

 

LIVRES. Sortie du roman historique « Amaïké » Romance entre l'Argentine et Coutances

FRANÇOIS LEQUILLER nous transporte entre l'Argentine et Coutances avec son nouveau roman Amaïké disponible aux éditions normandes Eurocibles.

 

Dans les années 1870, le massacre des Indiens fait rage dans la région de Buenos Aires où vit l'héroïne. De l'autre côté de l'Atlantique, un jeune aristocrate normand veut s'échapper d'un destin tout tracé. Par un événement inattendu, leurs destins vont se croiser. Un scénario très original, pourtant inspiré d'une histoire vraie. « Cette jeune fille a réellement existé, sous le nom de Lokoma » explique François Lequiller. « Le texte a été rapporté par un explorateur français de l'époque, Émile Daireaux. Son père a fondé une ville qui porte son nom et elle est même jumelée avec Coutances de nos jours ! ».

Entre réalité et fiction

Le nom de l'héroïne a été modifié. « Comme l'histoire est assez romancée, je ne voulais pas garder le prénom original » justifie l'auteur. « J'ai regardé tous les prénoms féminins du peuple Mapuche et j'ai choisi celui-là, il avait une belle consonance » explique-t-il. « Un mythe Mapuche de ce prénom existe, il est raconté dans le livre ».

De sa plume, François Lequiller dresse un portrait précis du Cotentin au XIXe siècle. Le résultat d'un long travail de documentation historique en amont. « Je me suis beaucoup rendu au Quai Branly à Paris, pour en savoir plus sur le peuple Mapuche. J'ai aussi fait des recherches sur Coutances et sa situation à l'époque ». Un travail fait avec plaisir pour ce passionné. « J'adore plonger mes personnages dans l'histoire et m'y plonger aussi par la même occasion. Je ne connaissais pas du tout les Mapuches avant ».

 

Inspiration normande

Sa passion pour l'histoire est liée à son envie de transmettre. « Mes romans sont très documentés et accessibles à la fois. Il arrive parfois que j'apprenne des choses aux gens d'ici », plaisante-t-il.

Ayant travaillé autour du globe, c'est la Normandie qui a su conquérir son coeur... et l'inspirer. « Je travaillais à l'INSEE, rien à voir avec l'écriture » ajoute-t-il en riant. C'est en voyant l'émotion des habitants lors des cérémonies du Débarquement que lui vient le déclic. « La région m'a donné envie d'écrire. » Preuves en sont ses deux trilogies successives, Le Pont de la Roque et Les Dunes du Cotentin.

 

L'écrivain est en ce moment en pleine écriture de son prochain roman, à paraître l'année prochaine. « Il va se passer entièrement dans le Cherbourg des années soixante, à l'Arsenal » confie-t-il avec mystère. Un huitième ouvrage attendu avec impatience par ses lecteurs.

Granville. Un amour impossible en pays granvillais

Ouest France, 12/7/2020

Dans son roman, François Lequiller développe une romance inaccessible entre un aristocrate granvillais et une indienne d’Amérique latine, inspirée de faits réels.

« Amaïké  est basé sur une histoire vraie qui relie de manière étonnante et merveilleuse les deux rives de l’Atlantique », explique, fasciné, François Lequiller. À partir d’un article publié par l’explorateur Émile Daireaux, l’auteur découvre cette romance entre une indienne de la tribu des Mapuche, et un aristocrate de Granville.

De l’Argentine au Cotentin à la fin du XIXe siècle, il a retravaillé ce qu’il veut être « un  conte de fées pour adultes »,qui narre la rencontre amoureuse entre les deux individus. Ils font d’ailleurs face à un dilemme qui les freine en raison de leur condition sociale opposée, alors que les familles préparent des mariages arrangés.

Beaucoup de réalisme et de documentation

Le tout dans le pays granvillais, « sur les plages, dans les dunes ». Mais aussi dans la ville de Granville même puisque « Amaïké habitait dans l’hôtel de l’Amirauté dans la Haute-Ville, à l’époque où Granville commençait à devenir une station balnéaire connue ».

Ayant le souci du détail, François Lequiller s’est  beaucoup documenté sur les Mapuche, en se rendant au centre documentaire du Musée du Quai-Branly et avec des livres d’histoire de la région ».

Ce septième roman est, comme toujours, agrémenté d’aquarelles réalisées par son épouse Élisabeth.

Vendredi 17 juillet 2020, François Lequiller sera en dédicace à la librairie Monaco du Nord, 26, rue du Docteur-Letourneur. Amaïké est paru aux éditions Eurocibles et est en vente (25 €) dans les libraires de Normandie.

 

 

 

Ouest France, 12 juin 2020

 

Trelly. Les gens d’ici.

 

 

 

C’est peu de dire que François Lequiller voue une adoration pour l’histoire. Cet ancien inspecteur général de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), auteur de livres sur l’économie, passe désormais son temps à écrire des romans historiques, bien au calme dans sa maison de Trelly. Le dernier en date, Amaïké, fait voyager le lecteur entre l’Argentine et le pays de Coutances, à la fin du XIXe siècle.

 

 

 

Un Normand et une Mapuche

 

 

 

« Ce roman est l’histoire romancée de Lokoma d’Annoville. On me l’a racontée, puis j’ai creusé et rencontré une personne qui m’a donné beaucoup d’informations, raconte, avec passion, François Lequiller. J’ai changé les noms et beaucoup romancé pour ne pas créer de malentendus. Ce n’est pas une biographie. »

 

 

 

À travers l’histoire d’amour qui a réuni un aristocrate normand à une indienne Mapuche, l’auteur nous fait découvrir les mœurs d’une communauté de la pampa argentine et la vie campagnarde d’un hobereau de notre région. En pleine révolution industrielle et au cœur des massacres des Indiens par le tout jeune gouvernement argentin de l’autre côté de l’océan, deux jeunes, que rien ne prédisposait à une rencontre, vont finir par faire tomber les tabous et les idées bien pensantes de l’époque.

 

 

 

François Lequiller a passé de « nombreuses heures à consulter les archives du musée du Quai-Branly, musée des Arts et Civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques », pour se familiariser avec la culture Mapuche. De Lokoma, on ne connaît que sa vie à partir de son mariage en Normandie, mais rien de son ascendance. « Je l’ai inventée, mais les faits historiques sur l’extermination des indigènes sont réels. Par contre, j’ai fait exploser cette histoire en construisant la personnalité de mon héros dont le père est franc-maçon. Il fallait qu’il puisse tomber amoureux de cette jeune indienne ! »

 

 

 

L’écriture est fluide et assez surprenante dans les passages violents concernant les Mapuche. Les aquarelles qui illustrent les têtes de chapitre sont signées d’Elisabeth Lequiller, visibles en couleur sur le site Internet www.françoiselisabeth.fr

 

 

 

Amaïké, éditions Eurocibles, 25 €.

 

LES LECTURES DE CANNETILLE
BLOG LITTERAIRE
31/5/2020
https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/ 
A la fin des années 1870, après le massacre de son clan lors de la conquête des terres sous domination mapuche par l’armée argentine, la très jeune Amaïké est adoptée par l’ambassadeur de France à Buenos Aires. A l’adolescence, elle viendra parfaire à Paris l’éducation de jeune aristocrate française qu’elle est devenue, et finira par rencontrer l’amour en la personne de Constantin de Mareuil, descendant d’une noble famille de la Manche, qui l’épousera envers et contre tous les préjugés.

François Lequiller s’est inspiré de l’histoire vraie de l’amérindienne mapuche Lokoma, relatée en 1886 par Emile Daireaux, explorateur et journaliste français originaire de la Manche. Il a laissé libre cours à son imagination pour nous emmener dans sa version largement romancée, qui, sérieusement documentée et servie par la fluidité de sa plume, offre un moment de lecture agréable et captivant.

Au global très idyllique, puisque le récit choisit de nous charmer par une interprétation très positive de cette histoire, abordant assez discrètement le déchirement qui a sans doute longtemps torturé cette amérindienne violemment coupée de son identité première, tout comme l’ostracisme auquel elle a indubitablement souvent dû être confrontée, ce roman prend des allures de conte merveilleux, où l’on s’immerge tour à tour, avec le même plaisir, dans la pampa argentine ensanglantée par ses terribles guerres génocides, et dans le paisible bocage manchot que connaît si bien l’auteur.

Le versant sud-américain du roman est l’occasion de découvrir des événements historiques parfois surprenants - comme la construction des 374 kilomètres de la Tranchée d’Alsina, ordonnée par le ministre argentin du même nom pour servir de limite aux territoires non conquis et empêcher les vols de bétail -, en tout cas profondément dramatiques puisque la Campagne du Désert du général et futur président Julio Argentino Roca fut lancée dans l’intention d’exterminer les populations autochtones. Le roman s’attache aussi à restituer des éléments du mode de vie mapuche, dans une évocation crédible à un détail près : je ne suis pas sûre que le jeune Nahuel ait répugné autant à certaines pratiques de chasse, sans doute tout à fait naturelles pour un enfant amérindien de l’époque ?

J’ai pris grand plaisir à cette lecture au charme certain, agréablement souligné par les jolies aquarelles d’Elisabeth Lequiller. Ce livre est une invitation réussie au voyage, historique, géographique et culturel, et une interprétation personnelle plutôt enchanteresse d’une histoire véridique d’un grand intérêt. (3/5)

Un grand merci à François Lequiller pour le privilège de son service presse.

 

LA MANCHE LIBRE

20 MAI 2020

LA MANCHE LIBRE

 

Janvier 2017

LA MANCHE LIBRE

LA PRESSE DE LA MANCHE

LES NOUVELLES DE VERSAILLES

OUEST FRANCE

OUEST FRANCE

CÔTE MANCHE

LA MANCHE LIBRE

OUEST FRANCE 20 août 2019

Commentaires: 20
  • #20

    Isabelle pour France Bleu Cotentin (lundi, 09 novembre 2020 16:25)

    Bonjour Monsieur Lequiller,
    nous avons une nouvelle rubrique à l'antenne de France Bleu Cotentin pour soutenir les libraires et les auteurs. Nous souhaiterions vous proposer une interview pour nous parler de votre roman Amaïké la semaine prochaine. Ce rendez-vous est proposé à l'antenne à 17 h 50 du lundi au vendredi.
    N'hésitez pas à me contacter
    Isabelle MARTIN
    France Bleu Cotentin
    02 33 88 50 50

  • #19

    Vetty de Sainte-Maxime (mardi, 15 septembre 2020 11:53)

    Votre livre ? Un bonheur ! Des heures exquises de lecture ! Votre style ? Il glisse comme une plume, il coule, est limpide, aisé ! Un plaisir ! Ne croyez pas que mes louanges ne sont dictées que par ma gentillesse. J'ai aimé votre livre ! J'ai admiré le fruit de votre travail, de votre recherche et le choix de votre histoire. Votre style, si limpide, coulait de page en page. La puissance émotionnelle de votre œuvre créait entre vous, l'écrivain, et moi, la lectrice, une double implication. Là, la clef de votre succès littéraire. J'ai tant apprécié votre livre que j'ai souhaité le faire connaître auprès de mes amies. A Coutances, à Lingreville, à Bernay, à Sainte-Maxime, à Toulouse ! Je suis ainsi. Une passionnée !

  • #18

    Ghislaine Jobert-Schmitt (mercredi, 26 août 2020 14:10)

    Bonjour Monsieur Lequiller,
    Suite à notre rencontre de début août, serait-il possible d'avoir votre adresse mél ?
    En effet, j'ai quelques petites informations à vous donner ainsi qu'un petit récit concernant un couple de mes aiëux , parti et revenu de St Pierre et Miquelon au moment de la révolution française.
    Bien cordialement
    Ghislaine

  • #17

    de Laurens Pascal (jeudi, 06 août 2020 10:26)

    Lecteur

  • #16

    lequiller (jeudi, 16 juillet 2020 19:54)

    J'oubliais...

    -à la librairie Bain d'encre, au Chesnay.

  • #15

    lequiller (jeudi, 16 juillet 2020 19:52)

    Bonjour, dans la région de Versailles, Amaïké est disponible :
    - à la librairie Grand Siècle, Résidence Grand Siècle, Versailles
    - à la librairie Une autre page, Croissy
    - à la librairie Comme un roman, Chatou
    - à la librairie Tabac des Clos, Louveciennes
    - à la librairie du Centre des Grandes Terres, à Marly
    - à la librairie J.M.S, Fontenay le Fleury
    A un de ces jours, sur le golf... Bien à vous, François Lequiller

  • #14

    Picq (jeudi, 16 juillet 2020 17:23)

    Bonjour
    Pouvez-vous me dire où trouver votre dernier livre Amaiké à Versailles ou alentours. Et pour le golf il s’agit de celui de Rochefort.

  • #13

    François LEQUILLER (vendredi, 01 mai 2020 15:44)

    Bonjour Sandrine,
    J'ai fait un essai (sans aller au bout) sur le site d'Humussaire. Cela semble fonctionner. Mais je reconnais que ne suis pas allé au bout. Si vous êtes dans la Manche, vous trouverez la trilogie dans les librairies (qui vont rouvrir le 11 mai !). Sinon, vous pouvez la commander sur Amazon. Dernier recours, donnez-moi votre adresse mail en me contactant sur lepontdelaroque@yahoo.fr et je m'organiserai pour vous faire parvenir la trilogie. Bien à vous,

  • #12

    FANGUIN (vendredi, 01 mai 2020 15:35)

    Bonjour,
    Fervente lectrice, je vous ai découvert il y a peu de temps et j'ai envie maintenant d' acquérir votre trilogie sur le Pont de la Roque ; or, en me connectant sur le site des Editions Humussaire, impossible de passer commande par internet ...
    Le site reste-t-il inactif pendant la pandémie ?
    D'avance je vous remercie pour vos précisions
    Cdt,
    Sandrine

  • #11

    François Lequiller (dimanche, 22 mars 2020 10:18)

    Bonjour Marc, merci de votre appréciation. N'hésitez pas, si vous êtes de la Manche, à vous procurer mes autres ouvrages. Apparemment, les centres culturels Leclerc restent ouverts en cette difficile période de confinement ! Cordialement.
    Pour plus d'échanges avec moi : lepontdelaroque@yahoo.fr

  • #10

    Duval marc (samedi, 21 mars 2020 19:02)

    On nous a offert votre livre " le pont de la roque " , nous avons adoré , nous attendons de ne plus être confiné pour nous procurer vos autres ouvrages .

  • #9

    François Lequiller (dimanche, 16 février 2020 11:00)

    Merci beaucoup Laurent. Si vous voulez échanger plus avec moi, ce serait avec plaisir : lepontdelaroque@yahoo.fr

  • #8

    Laurent Falabrègue 14500 Vaudry vire (dimanche, 16 février 2020 10:40)

    Je viens de finir la lecture de votre livre "Le pont de la Roque", le plus dur était à chaque fois d'arrêter la lecture et d'attendre pour reprendre la suite de l'histoire.
    Je vous félicite pour ce livre qui allie la vie de deux générations et qui m'a tenu en haleine du début jusqu'à la fin.
    Félicitations.

  • #7

    François Lequiller (mardi, 21 janvier 2020 16:01)

    Cher Philippe,
    Je vous remercie beaucoup pour votre appréciation. J'espère être au salon des Pieux, mais je m'aperçois qu'ils ne m'ont pas encore contacté. Le roman qui suit "Le pont de la Roque" dans ma première trilogie est "Les années extrêmes". Il est suivi de "Rue du Château des Rentiers". Vous devriez trouver mes romans à Cherbourg chez Ryst ou au Leclerc de Tourlaville. Sinon, sur ce site, vous pouvez les commander à l'éditeur. N'hésitez-pas à me contacter à lepontdelaroque@yahoo.fr . Nous pourrions échanger directement ! Bien à vous.

  • #6

    ROSA philippe (mardi, 21 janvier 2020 10:00)

    Bonjour Mr LEQUILLER,
    Je vous ai rencontré au salon du livre de LES PIEUX (50) en mars 2019. Nous avons échangé un long moment. Vous m'avez dédicacé " LE PONT DE LA ROQUE". Ce roman m'a enthousiasmé, je ne l'ai plus lâché une fois commencé.
    J'ai plusieurs questions :
    - Serez-vous de nouveau au salon du livre des PIEUX en mars cette année ?
    - Quel est le roman à lire dans votre 1ère trilogie qui suit immédiatement " Le pont de La Roque" ?
    - Où puis-je trouver vos romans dans le département ? ( Cherbourg, Barneville, Bricquebec...).

    Je tiens encore à vous remercier pour le plaisir que vous donnez à travers vos romans.

    Bien cordialement
    Ph. ROSA

  • #5

    François Lequiller (vendredi, 10 janvier 2020 15:55)

    A M. Picq,
    Merci infiniment de votre message. Ce serait un plaisir de partager un verre avec vous au club house de votre golf… Mais il s'agit de lequel ?
    N'hésitez pas à me répondre sur : lepontdelaroque@yahoo.fr

  • #4

    Picq (vendredi, 10 janvier 2020 13:48)

    Bonjour je viens de récupérer les tomes 2et3 des dunes du Cotentin chez Gibert Versailles.
    Je vous remercie pour la gentille dédicace pour mon mari, il va être ravi . Il a déjà les 3 du Pont de la Roque. Il s’est régalé et vous fait de la Pub au club de golf.
    Nous sommes à Dampierre et si un jour vous passez par là, nous serons ravis de vous offrir le verre de l’amitié. Encore merci. Amicalement M.Picq
    5 rue des sables Dampierre-en-Yvelines

  • #3

    François LEQUILLER (mercredi, 01 janvier 2020 11:02)

    A Patrice Beck,
    Hyper honoré d'être associé à P. Kerr ! J'adore cet auteur.
    Il y a bien sûr des tomes 2 et 3 dans chacune de mes trilogies.
    Contactez-moi à : lepontdelaroque@yahoo.fr
    Ce serait un plaisir d'échanger avec vous.
    Cordialement,

  • #2

    Beck patrice (lundi, 30 décembre 2019 22:16)

    Votre livre,cadeau de Noël, m’a fait penser aux ouvrages de P Kerr.
    TomeI...donc il y aura une suite?
    Merci de me tenir informé
    Très cordialement

  • #1

    Ouest France (mardi, 17 décembre 2019 19:11)

    François Lequiller a sorti le troisième livre de sa trilogie, Les Dunes du Cotentin, en juin. | OUEST-FRANCE

    Propos recueillis par Élise VINIACOURT. Publié le 19/08/2019 à 20h56

    Trois questions à François Lequiller, écrivain.
    De quoi parlent Les Dunes du Cotentin ?
    Tout commence en 1895, avec une famille pauvre de paysans, dont le fils a une envie irrépressible de gravir les échelons, de s’en sortir. On suit les aventures de ce dernier dans ce que l’on peut appeler « sa conquête », tout en traversant, avec lui, l
    ’histoire du XXe siècle. La caractéristique de cette trilogie est qu’elle est très documentée. On apprend beaucoup de choses sur la Première Guerre mondiale, la vie dans les tranchées, la Seconde Guerre mondiale… Ce dernier tome, sorti en juin, comporte, en outre, un chapitre sur la Guerre d’Algérie. Un autre point à relever est qu’il s’agit d’une œuvre de couple, puisque chaque chapitre est illustré par une aquarelle réalisée par ma femme.
    Plutôt roman ou livre d’histoire alors ?
    L’histoire m’est venue après avoir terminé ma première trilogie, Le Pont de la Roque. J’avais rencontré un historien local qui m’avait raconté l’histoire de cette famille du territoire, qui a vraiment existé. Tout en changeant les noms et en romançant, je m’en suis inspiré. Mais ça reste un roman et non un livre d’histoire car j’ai beaucoup brodé autour des faits historiques.
    Combien de romans avez-vous à votre compte désormais ?
    Je suis en train de réfléchir à mon 7e livre. Cette fois, ce ne sera pas une trilogie. Mais l’histoire, qui se déroulera au XIXe siècle, fera, je pense, plaisir à beaucoup de gens… J’ai désormais un lectorat assez fixé, dans le coin. Je suis d’ailleurs classé parmi les auteurs régionaux. En tout, sur l’ensemble de mes œuvres, je dois avoir vendu environ 3 000 livres.