Nous sommes en 1895 dans une famille pauvre du bord de mer. Une maman accouche dans des conditions dramatiques. Au même moment, dans un contraste saisissant, l’épouse d’un riche armateur marseillais met au monde sa fille dans la clinique la plus moderne de Marseille. Dès le début du premier tome de cette trilogie, on est emporté dans les aventures d’Augustin Marie, fils de l’estran, à la volonté farouche, que « l’appel du large » va conduire à croiser la route de Juliette, jeune femme qui veut se libérer du carcan de sa famille bourgeoise. Cette épopée familiale et historique nous immerge dans la dure vie des paysans d’un village du Cotentin, depuis les conflits de l’affaire Dreyfus, de l’anticléricalisme et de la montée du communisme, en passant, sous les lustres brillants de la « Belle Époque », par les rencontres sulfureuses avec les peintres de Montparnasse, jusqu’à, inévitablement, la confrontation terrible aux affres de la Grande Guerre, dont on commémore aujourd’hui le centenaire. Au-delà du héros que ses racines ramènent toujours à ses dunes et à sa terre natale, ce premier volet, qui se lit comme un tout, met en scène l’extraordinaire diversité des destinées de ses proches, frères, sœurs, parents et d’un être malfaisant que l’on retrouvera tous dans le volume suivant. 

 

LES AQUARELLES D'ELISABETH

 

Nous sommes en 1927. Augustin Marie, fils de paysans pauvres du Cotentin, retourne dans son village natal au volant d’une superbe automobile. Il est fier de sa réussite éclatante, de sa merveilleuse épouse, Juliette, et de leur adorable fille, Adèle. Mais son succès parisien, qui a été raconté dans « L’appel du large », ne lui suffit pas. Cet homme ambitieux s’est fixé pour objectif d’aller beaucoup plus loin, jusqu’à conquérir le Nouveau Monde, comme son associé banquier, Gustave Bernstein, le lui a prédit. Il se passionne pour l’industrie aéronautique naissante, s’enthousiasme pour l’exploit dramatique d’un Nungesser ou, victorieux, d’un Lindbergh, investit dans le cinéma et se révèle un brillant armateur. Sa famille va venir bousculer cette réussite sans pareille. Son frère Hector, coriace communiste, percute son ascension. Gaspard, son protégé, vit mal son retour à la vie civile après ses exploits dans la Grande Guerre et ses compagnes souffrent dans leur chair de sa vie dissolue. Augustin, chef de famille, va vouloir réparer toutes ces dérives, dans le contexte des tensions extrêmes de cette époque de l’entre-deux guerres. Va-t-il réussir à conquérir New York malgré les vicissitudes de la crise de 1929, de la maladie qui rode, et surtout, de l’ombre menaçante d’une Allemagne qui a amené Hitler au pouvoir ? Au-delà du héros qui est irrésistiblement ramené à ses dunes et à sa terre natale, ce deuxième volet, qui se lit comme un tout, continue de mettre en scène l’extraordinaire diversité des destinées de ses proches, frères, sœur, parents et d’un être étrange et de plus en plus terrifiant. On le retrouvera dans le dernier volume. 

 

LES AQUARELLES D'ELISABETH

 

Ce dernier volume de l’extraordinaire aventure de la famille Marie commence à l’été 1950, alors qu’Augustin et Juliette, de retour des États-Unis, accueillent la seconde génération de la tribu aux Tourterelles, leur vaste propriété de Ferville. Les vacances de Bernard, de ses cousins et de leurs amis fervillais sont troublées par le drame qui affecte à Cabourg leur lointaine et délaissée cousine par alliance, Thérèse, la métisse. Augustin va progressivement devenir le protecteur de cette nièce de cœur qu’il apprend à connaître et à aimer malgré les réticences de son épouse et le dédain de ses enfants. Il investit dans l’aéronautique la plus moderne et se lance dans une opération audacieuse de promotion immobilière au moment même où son fils lui donne le bonheur d’une spectaculaire réussite scolaire. C’est le summum de sa brillante carrière. Mais la chance, matérialisée dans la fameuse licorne blanche qui trône sur son bureau, tourne. Comment va-t-il faire face à l’interdiction de vol de ses avions ? Comment va-t-il réagir à l’annonce dramatique de la maladie de Juliette ? Alors que Bernard est mobilisé en Algérie et qu’Adèle est à Washington avec son mari, Thérèse va l’aider et devenir pour lui une deuxième fille. Mais un noir destin les attend tous deux quand l’homme aux rats, le monstre qui est intervenu en pointillé dans les tomes précédents, émerge soudain du néant et fait complètement basculer sa vie.

 

LES AQUARELLES D'ELISABETH



Commentaires: 13
  • #13

    François LEQUILLER (vendredi, 01 mai 2020 15:44)

    Bonjour Sandrine,
    J'ai fait un essai (sans aller au bout) sur le site d'Humussaire. Cela semble fonctionner. Mais je reconnais que ne suis pas allé au bout. Si vous êtes dans la Manche, vous trouverez la trilogie dans les librairies (qui vont rouvrir le 11 mai !). Sinon, vous pouvez la commander sur Amazon. Dernier recours, donnez-moi votre adresse mail en me contactant sur lepontdelaroque@yahoo.fr et je m'organiserai pour vous faire parvenir la trilogie. Bien à vous,

  • #12

    FANGUIN (vendredi, 01 mai 2020 15:35)

    Bonjour,
    Fervente lectrice, je vous ai découvert il y a peu de temps et j'ai envie maintenant d' acquérir votre trilogie sur le Pont de la Roque ; or, en me connectant sur le site des Editions Humussaire, impossible de passer commande par internet ...
    Le site reste-t-il inactif pendant la pandémie ?
    D'avance je vous remercie pour vos précisions
    Cdt,
    Sandrine

  • #11

    François Lequiller (dimanche, 22 mars 2020 10:18)

    Bonjour Marc, merci de votre appréciation. N'hésitez pas, si vous êtes de la Manche, à vous procurer mes autres ouvrages. Apparemment, les centres culturels Leclerc restent ouverts en cette difficile période de confinement ! Cordialement.
    Pour plus d'échanges avec moi : lepontdelaroque@yahoo.fr

  • #10

    Duval marc (samedi, 21 mars 2020 19:02)

    On nous a offert votre livre " le pont de la roque " , nous avons adoré , nous attendons de ne plus être confiné pour nous procurer vos autres ouvrages .

  • #9

    François Lequiller (dimanche, 16 février 2020 11:00)

    Merci beaucoup Laurent. Si vous voulez échanger plus avec moi, ce serait avec plaisir : lepontdelaroque@yahoo.fr

  • #8

    Laurent Falabrègue 14500 Vaudry vire (dimanche, 16 février 2020 10:40)

    Je viens de finir la lecture de votre livre "Le pont de la Roque", le plus dur était à chaque fois d'arrêter la lecture et d'attendre pour reprendre la suite de l'histoire.
    Je vous félicite pour ce livre qui allie la vie de deux générations et qui m'a tenu en haleine du début jusqu'à la fin.
    Félicitations.

  • #7

    François Lequiller (mardi, 21 janvier 2020 16:01)

    Cher Philippe,
    Je vous remercie beaucoup pour votre appréciation. J'espère être au salon des Pieux, mais je m'aperçois qu'ils ne m'ont pas encore contacté. Le roman qui suit "Le pont de la Roque" dans ma première trilogie est "Les années extrêmes". Il est suivi de "Rue du Château des Rentiers". Vous devriez trouver mes romans à Cherbourg chez Ryst ou au Leclerc de Tourlaville. Sinon, sur ce site, vous pouvez les commander à l'éditeur. N'hésitez-pas à me contacter à lepontdelaroque@yahoo.fr . Nous pourrions échanger directement ! Bien à vous.

  • #6

    ROSA philippe (mardi, 21 janvier 2020 10:00)

    Bonjour Mr LEQUILLER,
    Je vous ai rencontré au salon du livre de LES PIEUX (50) en mars 2019. Nous avons échangé un long moment. Vous m'avez dédicacé " LE PONT DE LA ROQUE". Ce roman m'a enthousiasmé, je ne l'ai plus lâché une fois commencé.
    J'ai plusieurs questions :
    - Serez-vous de nouveau au salon du livre des PIEUX en mars cette année ?
    - Quel est le roman à lire dans votre 1ère trilogie qui suit immédiatement " Le pont de La Roque" ?
    - Où puis-je trouver vos romans dans le département ? ( Cherbourg, Barneville, Bricquebec...).

    Je tiens encore à vous remercier pour le plaisir que vous donnez à travers vos romans.

    Bien cordialement
    Ph. ROSA

  • #5

    François Lequiller (vendredi, 10 janvier 2020 15:55)

    A M. Picq,
    Merci infiniment de votre message. Ce serait un plaisir de partager un verre avec vous au club house de votre golf… Mais il s'agit de lequel ?
    N'hésitez pas à me répondre sur : lepontdelaroque@yahoo.fr

  • #4

    Picq (vendredi, 10 janvier 2020 13:48)

    Bonjour je viens de récupérer les tomes 2et3 des dunes du Cotentin chez Gibert Versailles.
    Je vous remercie pour la gentille dédicace pour mon mari, il va être ravi . Il a déjà les 3 du Pont de la Roque. Il s’est régalé et vous fait de la Pub au club de golf.
    Nous sommes à Dampierre et si un jour vous passez par là, nous serons ravis de vous offrir le verre de l’amitié. Encore merci. Amicalement M.Picq
    5 rue des sables Dampierre-en-Yvelines

  • #3

    François LEQUILLER (mercredi, 01 janvier 2020 11:02)

    A Patrice Beck,
    Hyper honoré d'être associé à P. Kerr ! J'adore cet auteur.
    Il y a bien sûr des tomes 2 et 3 dans chacune de mes trilogies.
    Contactez-moi à : lepontdelaroque@yahoo.fr
    Ce serait un plaisir d'échanger avec vous.
    Cordialement,

  • #2

    Beck patrice (lundi, 30 décembre 2019 22:16)

    Votre livre,cadeau de Noël, m’a fait penser aux ouvrages de P Kerr.
    TomeI...donc il y aura une suite?
    Merci de me tenir informé
    Très cordialement

  • #1

    Ouest France (mardi, 17 décembre 2019 19:11)

    François Lequiller a sorti le troisième livre de sa trilogie, Les Dunes du Cotentin, en juin. | OUEST-FRANCE

    Propos recueillis par Élise VINIACOURT. Publié le 19/08/2019 à 20h56

    Trois questions à François Lequiller, écrivain.
    De quoi parlent Les Dunes du Cotentin ?
    Tout commence en 1895, avec une famille pauvre de paysans, dont le fils a une envie irrépressible de gravir les échelons, de s’en sortir. On suit les aventures de ce dernier dans ce que l’on peut appeler « sa conquête », tout en traversant, avec lui, l
    ’histoire du XXe siècle. La caractéristique de cette trilogie est qu’elle est très documentée. On apprend beaucoup de choses sur la Première Guerre mondiale, la vie dans les tranchées, la Seconde Guerre mondiale… Ce dernier tome, sorti en juin, comporte, en outre, un chapitre sur la Guerre d’Algérie. Un autre point à relever est qu’il s’agit d’une œuvre de couple, puisque chaque chapitre est illustré par une aquarelle réalisée par ma femme.
    Plutôt roman ou livre d’histoire alors ?
    L’histoire m’est venue après avoir terminé ma première trilogie, Le Pont de la Roque. J’avais rencontré un historien local qui m’avait raconté l’histoire de cette famille du territoire, qui a vraiment existé. Tout en changeant les noms et en romançant, je m’en suis inspiré. Mais ça reste un roman et non un livre d’histoire car j’ai beaucoup brodé autour des faits historiques.
    Combien de romans avez-vous à votre compte désormais ?
    Je suis en train de réfléchir à mon 7e livre. Cette fois, ce ne sera pas une trilogie. Mais l’histoire, qui se déroulera au XIXe siècle, fera, je pense, plaisir à beaucoup de gens… J’ai désormais un lectorat assez fixé, dans le coin. Je suis d’ailleurs classé parmi les auteurs régionaux. En tout, sur l’ensemble de mes œuvres, je dois avoir vendu environ 3 000 livres.