Bien des horreurs et des tragédies se commettent pendant les guerres envers les victimes innocentes. Les conflits militaires sont aussi un moyen de se fondre dans la troupe, sous l'habit uniforme, pour une cause prétendue, commode, et de rompre avec un passé chargé, voire de changer d'identité. Suite à une découverte macabre sur le golf de Granville, en 1972, la toute jeune inspecteur de police, Isabelle Colas, se trouve confrontée à des rebondissements insolites, presque ensevelis. L'enquête va la conduire à démêler les liens entre la fille d'un chef de réseau de la résistance française et un curieux pilote de la RAF abattu dans le Cotentin en juin 1944. L'alternance des périodes fait découvrir une épopée historique de la libération, les milieux mafieux toujours présents, les décors fastueux de cette région particulière, et les feux crépitants de l'amour. Durant ces trente années se déroulent des relations presque inhumaines aux traces indélébiles.

LES AQUARELLES D'ELISABETH

 

Depuis janvier 2015, notre pays est frappé par le terrorisme islamique de Daech. Mais ce n’est pas la première fois qu’il doit faire face à une telle vague de violence, même si c’est la plus aveugle et la plus insoutenable de toutes. Qu’est-ce qui explique que des jeunes sans histoire deviennent des fanatiques  embrigadés dans une idéologie mortifère ? Aujourd’hui, au nom, soi-disant, d’une religion. Hier au nom, disaient-ils, de la lutte contre le capitalisme et l’impérialisme. Comment lutter efficacement contre ces assassins ? Qui sont les pouvoirs tapis dans l’ombre qui manipulent ces écervelés ?

 

Après son combat contre une bande de narcotrafiquants relaté dans « Le Pont de la Roque », cette nouvelle aventure plonge l’inspecteur Isabelle Colas dans une guerre sans merci contre un groupe terroriste d’extrême-gauche. Une lutte sans pitié qui l’emmène au péril de sa vie jusqu’au Liban, le pays de tous les dangers, et qui la confronte aux batailles fratricides entre services secrets. Ce n’est pas par hasard qu’elle se jette dans ce combat, mais parce qu’elle est une femme flic courageuse, fidèle à ses convictions et qui n’a pas froid aux yeux. Même au risque de faire exploser sa propre famille.  

 

Dans cette épopée, policière et historique, l’auteur nous fait voyager avec son héroïne, de Versailles à Beyrouth, en passant par Milan avec, toujours, Granville, comme port d’attache. Il nous fait aussi voyager dans le temps, celui où l’idéalisme d’origine des soixante-huitards s’est d’abord transformé en marxisme dogmatique, puis, pollué par des fous furieux, en violence pure. C’était juste le début, le premier acte, précurseur, de l’ère tragique dans laquelle nous sommes entrés.

 

LES AQUARELLES D'ELISABETH

 

Depuis toujours, l’argent est le nerf de la guerre et toute activité criminelle vise à en faire, beaucoup. Pour gérer ces fortunes, il faut des financiers. Ainsi, que ce soient les gangs de la prostitution, des jeux ou de la drogue, ou les groupes terroristes politiques ou religieux, tous ont besoin de conseillers en investissement. Une des activités obscures de la finance internationale est le recyclage de cet argent sale dont profitent au passage les politiciens et les hommes d’affaires corrompus.

 

La Rue du Château des Rentiers à Paris est le siège de la fameuse Brigade financière de la Police Nationale qui se bat contre cette criminalité en col blanc. Isabelle Colas, héroïne de la trilogie du Pont de la Roque, maintenant commissaire, y occupe un poste stratégique. Ses cibles sont des hommes en costume-cravate ou des femmes habillées à la dernière mode du Faubourg Saint-Honoré, mais elle n’a pas d’état d’âme contre ces escrocs. Va-t-elle pourtant réussir à les abattre quand tout un système de pouvoir les protège ?

 

Surtout quand cette lutte, qui la confronte aux revenants sans pitié de ses aventures passées, se transforme en combat à mort, tandis qu’elle subit, en même temps, le stress de la maladie inexorable qui risque d’abattre son mari. Va-t-elle résister à la double pression de ces forces du mal ?

 

LES AQUARELLES D'ELISABETH


Commentaires: 11
  • #11

    François Lequiller (dimanche, 22 mars 2020 10:18)

    Bonjour Marc, merci de votre appréciation. N'hésitez pas, si vous êtes de la Manche, à vous procurer mes autres ouvrages. Apparemment, les centres culturels Leclerc restent ouverts en cette difficile période de confinement ! Cordialement.
    Pour plus d'échanges avec moi : lepontdelaroque@yahoo.fr

  • #10

    Duval marc (samedi, 21 mars 2020 19:02)

    On nous a offert votre livre " le pont de la roque " , nous avons adoré , nous attendons de ne plus être confiné pour nous procurer vos autres ouvrages .

  • #9

    François Lequiller (dimanche, 16 février 2020 11:00)

    Merci beaucoup Laurent. Si vous voulez échanger plus avec moi, ce serait avec plaisir : lepontdelaroque@yahoo.fr

  • #8

    Laurent Falabrègue 14500 Vaudry vire (dimanche, 16 février 2020 10:40)

    Je viens de finir la lecture de votre livre "Le pont de la Roque", le plus dur était à chaque fois d'arrêter la lecture et d'attendre pour reprendre la suite de l'histoire.
    Je vous félicite pour ce livre qui allie la vie de deux générations et qui m'a tenu en haleine du début jusqu'à la fin.
    Félicitations.

  • #7

    François Lequiller (mardi, 21 janvier 2020 16:01)

    Cher Philippe,
    Je vous remercie beaucoup pour votre appréciation. J'espère être au salon des Pieux, mais je m'aperçois qu'ils ne m'ont pas encore contacté. Le roman qui suit "Le pont de la Roque" dans ma première trilogie est "Les années extrêmes". Il est suivi de "Rue du Château des Rentiers". Vous devriez trouver mes romans à Cherbourg chez Ryst ou au Leclerc de Tourlaville. Sinon, sur ce site, vous pouvez les commander à l'éditeur. N'hésitez-pas à me contacter à lepontdelaroque@yahoo.fr . Nous pourrions échanger directement ! Bien à vous.

  • #6

    ROSA philippe (mardi, 21 janvier 2020 10:00)

    Bonjour Mr LEQUILLER,
    Je vous ai rencontré au salon du livre de LES PIEUX (50) en mars 2019. Nous avons échangé un long moment. Vous m'avez dédicacé " LE PONT DE LA ROQUE". Ce roman m'a enthousiasmé, je ne l'ai plus lâché une fois commencé.
    J'ai plusieurs questions :
    - Serez-vous de nouveau au salon du livre des PIEUX en mars cette année ?
    - Quel est le roman à lire dans votre 1ère trilogie qui suit immédiatement " Le pont de La Roque" ?
    - Où puis-je trouver vos romans dans le département ? ( Cherbourg, Barneville, Bricquebec...).

    Je tiens encore à vous remercier pour le plaisir que vous donnez à travers vos romans.

    Bien cordialement
    Ph. ROSA

  • #5

    François Lequiller (vendredi, 10 janvier 2020 15:55)

    A M. Picq,
    Merci infiniment de votre message. Ce serait un plaisir de partager un verre avec vous au club house de votre golf… Mais il s'agit de lequel ?
    N'hésitez pas à me répondre sur : lepontdelaroque@yahoo.fr

  • #4

    Picq (vendredi, 10 janvier 2020 13:48)

    Bonjour je viens de récupérer les tomes 2et3 des dunes du Cotentin chez Gibert Versailles.
    Je vous remercie pour la gentille dédicace pour mon mari, il va être ravi . Il a déjà les 3 du Pont de la Roque. Il s’est régalé et vous fait de la Pub au club de golf.
    Nous sommes à Dampierre et si un jour vous passez par là, nous serons ravis de vous offrir le verre de l’amitié. Encore merci. Amicalement M.Picq
    5 rue des sables Dampierre-en-Yvelines

  • #3

    François LEQUILLER (mercredi, 01 janvier 2020 11:02)

    A Patrice Beck,
    Hyper honoré d'être associé à P. Kerr ! J'adore cet auteur.
    Il y a bien sûr des tomes 2 et 3 dans chacune de mes trilogies.
    Contactez-moi à : lepontdelaroque@yahoo.fr
    Ce serait un plaisir d'échanger avec vous.
    Cordialement,

  • #2

    Beck patrice (lundi, 30 décembre 2019 22:16)

    Votre livre,cadeau de Noël, m’a fait penser aux ouvrages de P Kerr.
    TomeI...donc il y aura une suite?
    Merci de me tenir informé
    Très cordialement

  • #1

    Ouest France (mardi, 17 décembre 2019 19:11)

    François Lequiller a sorti le troisième livre de sa trilogie, Les Dunes du Cotentin, en juin. | OUEST-FRANCE

    Propos recueillis par Élise VINIACOURT. Publié le 19/08/2019 à 20h56

    Trois questions à François Lequiller, écrivain.
    De quoi parlent Les Dunes du Cotentin ?
    Tout commence en 1895, avec une famille pauvre de paysans, dont le fils a une envie irrépressible de gravir les échelons, de s’en sortir. On suit les aventures de ce dernier dans ce que l’on peut appeler « sa conquête », tout en traversant, avec lui, l
    ’histoire du XXe siècle. La caractéristique de cette trilogie est qu’elle est très documentée. On apprend beaucoup de choses sur la Première Guerre mondiale, la vie dans les tranchées, la Seconde Guerre mondiale… Ce dernier tome, sorti en juin, comporte, en outre, un chapitre sur la Guerre d’Algérie. Un autre point à relever est qu’il s’agit d’une œuvre de couple, puisque chaque chapitre est illustré par une aquarelle réalisée par ma femme.
    Plutôt roman ou livre d’histoire alors ?
    L’histoire m’est venue après avoir terminé ma première trilogie, Le Pont de la Roque. J’avais rencontré un historien local qui m’avait raconté l’histoire de cette famille du territoire, qui a vraiment existé. Tout en changeant les noms et en romançant, je m’en suis inspiré. Mais ça reste un roman et non un livre d’histoire car j’ai beaucoup brodé autour des faits historiques.
    Combien de romans avez-vous à votre compte désormais ?
    Je suis en train de réfléchir à mon 7e livre. Cette fois, ce ne sera pas une trilogie. Mais l’histoire, qui se déroulera au XIXe siècle, fera, je pense, plaisir à beaucoup de gens… J’ai désormais un lectorat assez fixé, dans le coin. Je suis d’ailleurs classé parmi les auteurs régionaux. En tout, sur l’ensemble de mes œuvres, je dois avoir vendu environ 3 000 livres.